Améliorer ses écrits professionnels old

Objectifs et bénéfices de la formation

Formation : Améliorer ses écrits professionnels
  • Rédiger avec plus de facilité.
  • Écrire en fonction des buts et de contextes identifiés.
  • Écrire pour être lu et compris.
  • Rédiger des synthèses et des comptes-rendus efficaces.

Méthodes et supports pédagogiques 

Avant la formation : Évaluation des besoins - Questionnaire pré-formation
Pendant la formation : Pédagogie personnalisée
- Exercices inspirés des cas concrets
- Animation interactive sur le mode de l’atelier
- Développement de l’autonomie rédactionnelle
- Méthodologie propre à chaque stagiaire
- Elaboration de procédures types (fiche téléphonique, fiche client, …)
- Manuel de méthodes simples à comprendre et à appliquer
Après : Aide à la mise en pratique
- Support de cours, plan d'actions, 4 rappels de contenu de la formation sous forme de "fiches pratiques" envoyés par mail pendant 2 mois
En option : Accompagnement opérationnel avec MagiCoach®, Coaching téléphonique, Mesure des résultats avec EvaluAction®

Programme de la formation

Télécharger la fiche PDF et le bulletin d'inscription Formation : Améliorer ses écrits professionnels

1.Rédiger pour transmettre l’information
- Déterminer son objectif
  • Différencier le courriel et la lettre
  • Définir le but et le destinataire de l’écrit
  • Cibler le contexte et le message
  • Construire sa trame
  • Rassembler et développer les idées
  • Articuler les idées entre elles
  • Illustrer les idées.
2.Rédiger de façon synthétique
. Synthétiser son écriture
  • Eviter les répétitions
  • Choisir les termes et le registre adaptés
  • Construire des phrases concises
. Privilégier la présentation
  • Soigner les accords et l’usage des temps
  • Respecter paragraphes et sauts de lignes
  • Mettre l’argumentation du texte en valeur
3.Sécuriser son message
. Se singulariser
  •  S’identifier sans ambiguïté
  • Signer de façon professionnelle
  • Maîtriser les règles de politesse du courriel
. Répondre à un message écrit
  • Orienter sa réponse
  • Présenter sa réponse
  • Appuyer sa réponse

Fonctionnement sous forme d’atelier :
  • Travail sur des écrits préexistants qu’il conviendra d’évaluer et de rectifier progressivement.

 

Informations pratiques de la formation

Télécharger la fiche PDF et le bulletin d'inscription Formation : Amélioration des écrits professionnels

DUREE :
2 jours / 14h

TARIF :
- 882 €HT, déjeuners non inclus
Formation éligible dans le cadre du DIF
OPTIONS :
- Accompagnement post-formation MagiCoach® :
MagiCoach® "Performance" : 590€HT
MagiCoach® "Excellence" : 790€HT
MagiCoach® "Premium" : nous consulter
- Coaching téléphonique de 40mn - 230€HT
EvaluAction®- 190€HT

DATES ET LIEUX :

A Paris

05 et 06 décembre 2016

23 et 24 janvier 2017

29 et 30 mai 2017

25 et 26 septembre 2017

04 et 05 décembre 2017

PRE-REQUIS :
Aucun

PUBLIC CONCERNE :
Toute personne amenée à communiquer par écrit au sein de l'entreprise.

NOMBRE DE PARTICIPANTS :
Jusqu'à 10 personnes

REFERENCES :
Accendo : C12-DN02
AGEFOS-PME : 2541



Nous contacter par téléphone : 01 75 43 88 00

 

Votre formateur

Joëlle
Joëlle
Conseil et Formatrice en communication, Joëlle est fondatrice de Communi'keting et co-fondatrice de TipTopCom, agence de communication globale qui intervient auprès des entreprises depuis l'audit jusqu'à la fabrication des supports écrits, numériques et visuels.
En qualité de formatrice, elle anime des stages sur de nombreux thèmes : écrits professionnels, écriture web, communications événementielle, interne , commerciale..., stratégie de communication et plan d'actions... et ce, au sein d'organisations comme Orange, Comexposium, Alcance Avocats, Indiana, Corevih Guyane-Antilles, Les Echos Conférence, PACT 94, Cegedim, CCI de Versailles …
En qualité de conseil, elle intervient dans l'élaboration et la mise en place des stratégies communication-marketing des PME-PMI . Elle participe également à la définition et à la construction de leur identité visuelle et graphique. Enfin, elle assure le rédactionnel de leurs messages institutionnels et commerciaux.



Accendo Formation
59, rue Boissière - 75116 Paris
Téléphone : 01 75 43 88 00 - Fax : 01 75 43 20 19
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.- Site : www.accendo.fr

Article(s) dans la presse en rapport avec l'amélioration des écrits professionnels

"7 règles d'or pour que vos e-mails ne finissent pas à la corbeille"
Par Aglaé de Chalus, 05/12/2011 dans http://www.chefdentreprise.com


“Cordialement” ou “Bien à vous” ? Rédiger ses e-mails professionnels relève parfois du casse-tête. Aline Nishimata, auteur de “Savoir rédiger vos e-mails professionnels”, livre les 7 règles de base à respecter pour que les e-mails atteignent leur destinataire.

En entreprise, on ne pardonne pas : deux fautes d'orthographe, une mauvaise tournure ou trop de familiarités et votre e-mail est vite effacé. Pour qu'il soit lu à coup sûr, Aline Nishimata, enseignante à l'école de commerce Novancia, dont le livre “Savoir rédiger vos e-mails professionnels” (Éditions Gualino) vient de paraître, propose 7 règles à mettre en application lors de la rédaction de vos messages électroniques.

1. Soignez le champ “Objet”
L'objet du mail est la première chose que lit votre interlocuteur, avec votre nom. Il est important que le destinataire, en lisant simplement l'objet du mail, puisse répondre à ces questions : qui, quoi, comment, où, pourquoi. Il doit savoir tout de suite de quoi il s'agit. Surtout, ne vous contentez pas d'écrire un seul mot dans ce champ, cela peut être fatal à votre e-mail qui pourrait se retrouver immédiatement à la corbeille.

Par ailleurs, une fois que vous êtes rentré en conversation avec quelqu'un, évitez de laisser le champ objet ressembler à : RE:RE:RE:RE:RE: objet. Par exemple, si vous êtes en train de finaliser un devis pour un client, après plusieurs aller-retour, préférez un format qui permet à votre destinataire de s'y retrouver en modifiant le champ objet avec un simple : RE: Devis (Version 4).

2. Bannissez le “Bonjour” : utilisez une appellation
“Bonjour” est une formule du langage parlé. Elle ne s'utilise pas à l'écrit ou alors dans un mail destiné à quelqu'un avec qui l'on partage une relation de proximité. L'appellation embarrasse beaucoup les rédacteurs d'e-mails. On est en effet passé d'un mode “lettre” où les usages étaient codifiés à un mode “mail”, sans indications sur les formules à utiliser. Les personnes restent très sensibles à l'emploi d'appellations du type “Cher Monsieur” ou simplement “Monsieur”. Pour l'envoi d'un premier mail, il semble pertinent de les utiliser. Le destinataire y verra une marque de courtoisie et de respect qu'il appréciera.

3. Condamnez les abréviations
Dans un e-mail professionnel, les abréviations sont à bannir ! L'e-mail n'est pas un télégramme. Écrire en abrégé signifie que vous n'avez pas voulu prendre le temps d'écrire et cela agacera à coup sûr votre interlocuteur. Certains copie-colle le format qu'ils utilisent pour les textos. Sauf que le mail n'est pas un texto et qu'aucune faute, qu'elle soit de forme ou d'orthographe, n'est tolérée par le destinataire.

4. Pas plus d'une faute d'orthographe
Une personne qui reçoit un e-mail n'accepte pas plus d'une faute d'orthographe ou de grammaire grossière. Au bout de deux, l'expéditeur est décrédibilisé. C'est rédhibitoire. Un e-mail truffé de fautes d'orthographe peut faire l'objet de moqueries entre collègues et être transféré à toute l'entreprise... Quelqu'un qui est mauvais en orthographe peut nuire à l'image de son entreprise. C'est un vrai enjeu. Pour les personnes qui ont des difficultés avec l'orthographe, mieux vaut simplement écrire d'abord son e-mail sous Word qui a un très bon correcteur orthographique, souvent bien meilleur que celui des logiciels d'e-mail. Et surtout, avant d'appuyer sur la touche “Envoyer”, relisez-vous plusieurs fois.

5. Préférez les phrases courtes
Les phrases courtes et bien reliées entre elles par des mots de liaison permettent de faciliter la lecture pour le destinataire. En faisant les liens entre vos idées, vous le guidez et simplifiez sa compréhension. Il faut se forcer à mettre des points. Attention, cela ne veut pas dire que vous ne devez utiliser que des mots simplistes. On peut utiliser des mots du langage soutenu, tant qu'ils restent pertinents dans votre propos. N'hésitez pas à utiliser un vocabulaire varié.

6. Évitez les points d'exclamation
Il faut à tout prix éviter, dans le contexte professionnel, la ponctuation “sentimentale”, à savoir les points d'exclamation et les points de suspension, excepté si vous avez un lien personnel avec votre interlocuteur.

7. Peaufinez votre chute
La formule de conclusion est obligatoire à la fin d'un premier mail. Elle marque un respect et montre que vous avez cherché à soigner votre courrier. Vous pouvez utiliser par exemple “Je vous remercie de l'attention que vous avez bien voulu porter à ce projet”. Dans le cas d'un échange avec un interlocuteur hiérarchiquement très important, il faut continuer à l'utiliser, même après le premier contact.

Enfin, la formule de politesse à la fin des e-mails est souvent source de tracasserie... Il y a encore peu de temps, dans les lettres, on utilisait des formules devenues aujourd'hui complètement obsolètes, comme “Je vous prie d'agréer, Madame, à l'expression de mes salutations distinguées”. Si elles restent absolument obligatoires, les formules de politesse utilisées dans le mail sont allégées. Il n'y a pas de règles établies. “Cordialement” et “Bien cordialement” sont souvent les formules consacrées. On peut varier avec “Bien à vous”, qui sous-entend un lien de sympathie ou une marque de profond respect envers l'interlocuteur. Ne l'utilisez pas lors d'un premier contact ou dans le cadre d'un échange avec un fournisseur par exemple. D'autres formules existent comme “respectueusement” ou “salutations distinguées”.

J'accepte les conditions d'utilisation

Conditions d'utilisation: en transmettant ce formulaire, vous acceptez de nous communiquer les données qu'il contient, protégées par notre charte de confidentialité et la loi sur la protection des données.